Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ballan DIAKITE

Vous l’avez tué, alors qu’il ne cherchait que la paix

4 Septembre 2014 , Rédigé par Ballan DIAKITE Publié dans #Sagesse

Vous l’avez tué, alors qu’il ne cherchait que la paix

Il est autant difficile pour une mère de mettre au monde un enfant que de le voir, une fois devenu grand, partir à l’étranger. La seule chose qui la maintienne et soulage son cœur, c’est l’espoir qu’elle porte en elle, qu’un jour son enfant deviendra quelqu’un et lui reviendra vite sain et sauf…

Je ne connais point toutes les raisons qui mènent les gens à aller l’étranger-même si j’en connais quelques unes puisque j’en suis un- mais ce dont je suis sûr et certain, c’est que nous sommes tous à la recherche du « bonheur » sans exception. Que l’on soit chez soi ou que l’on soit ailleurs, au-delà de nos différences, il y a un désir que nous partageons tous ensemble : celui d’être heureux. Et c’est cela même le but de la vie !

Alors pourquoi s’en prendre à une personne et lui ôter la vie, alors que tout comme toi, elle ne cherche que du bonheur ?
Les étrangers sont des gens qui sont à la quête de la paix à l’instar de tout le monde. Croyez-moi, un homme qui n’a pas de quoi manger n’est pas en paix. Un homme qui manque de science n’est pas paix. Un homme qui n’est pas en sécurité n’est pas en paix. Un homme sans rêve et sans espoir ne vis plus…

Légalement la terre appartient aux hommes ; mais en vérité la terre n’appartient à personne. Nous sommes autant étrangers à ailleurs que chez soi. Nous ne sommes que de simples passagers en séjour sur terre. Alors à quoi bon de rendre la vie insupportable pour quelqu’un sachant bien qu’il est juste de passage dans ton pays ?
A quoi sert d’être désagréable vis-à-vis d’un inconnu pour la simple raison qu’il n’a pas la même couleur de peau que toi ? Pourquoi adopter des attitudes injustes à égards de ces personnes qu’on appelle étrangers ?
Si vous étiez autant hostiles à l’égard des étrangers ; pourquoi ne l’êtes-vous pas vraiment avec ceux qui viennent de l’occident ? Pourquoi ?
Comme c’est lâches de se montrer sélectif quand on veut vraiment faire du racisme.

Ce jeune sénégalais que vous avez tué tout récemment, pensez-vous que quoi qu’il ait fait votre acte est justifié ? Non, certainement ; et vous le savez !

Nous sommes tous des êtres dignes. Notre dignité réside dans notre être. Mais dès que vous laissez la foule s’en prendre à des gens, les torturer et les assassiner, vous perdez votre dignité qui est celle de reconnaitre la dignité des autres.
Personne ne mérite le lynchage ! Personne !

Je ne cherche pas à connaitre les causes, ou les faits que vous lui reprochiez, et qui auraient été à la base de vos agissements. Je ne cherche pas à les connaitre parce qu’elles sont sans importance comparativement aux conséquences qu’elles ont produises.

Vous lui avez arraché la vie et ses rêves. Mais en réalité il n’y a pas que ça, puisque vous avez brisé également l’espoir d’une mère qui était sans doute dans l’attente de revoir son enfant lui revenir les bras ouvert… Aujourd’hui c’est cette mère qui enterre son fils les larmes aux yeux.

Je me souviens d’avoir regardé un film. Un film que je ne suis pas prêts d’oublier de sitôt : C’était un père qui conduisait avec sa fille. Dans la voiture cette dernière était entrain de jouer avec son portable. Son père lui ordonna alors d’arrêter de jouer et de mettre le téléphone dans son sac. La fille obéie, et aussitôt le père reçoit un appel entrant sur son propre téléphone portable. Le père décroche l’appel…
La fille, frustrée, ne pouvait s’empêcher de dire à son père qu’il est injuste.
Comme s’il s’y attendait, son père rétorqua tout de suite en lui disant : « Ma fille, c’est la vie qui est injuste» !

Oui, c’est la vie qui est injuste. Pendant que d’autres pleurent, d’autres rient dans ce monde. Pendant d’autres expient leurs peines dans les prisons, d’autres assassinent n’importe comment sans être juger… Oui, c’est la vie qui est injuste !

Dans ce pays, l’injustice est devenue pour nous synonyme de la vie quotidienne. Chaque jour qui se lève est un nouveau combat qu’il faut livrer contre l’arbitraire des hommes qui sont sensés nous offrir un accueille chaleureux. Je le dis parce que je le vis. Je sais de quoi je parle :

Si ce n’est pas un taxi-man qui refuse de te prendre au profit d’autres personnes, c’est alors un professeur qui t’humilie dans un amphi rempli jusqu’à dent, ou c’est un épicier ou un vendeur de légumes qui te sert le dernier alors que tu as été le premier venu…

Il n’y a pas plus deux jours j’étais passé à l’épicerie pour acheter du thé. Avant moi étaient venus deux personnes, un vieil-homme et un petit garçon qui doit avoir approximativement 10 ans.
Après avoir servit le vieil-homme, l’épicier, voulant me servir avant le petit garçon, me demanda ce que je voulais. Je lui ai recommandé de servir d’abord le garçon parce qu’il était venu avant moi. Alors qu’il servait le garçon, j’aperçois un autre homme qui vient avec une telle vitesse on dirait quelqu’un qui vient de sortir de l’enfer, et demande à l’épicier deux cigarettes.
Lisant dans ses yeux qu’il avait l’intention de servir l’homme le premier, je me précipitais de m’interposer alors entre les deux hommes et demanda à l’épicier de me donner une boite de thé. Interloqués, les deux hommes me regardent un instant avant que l’épicier ne m’amène mon thé. Une fois le thé entre les mains, j’ai ramassé ma monnaie et décamper sans me retourner deux fois.

Des situations similaires, nous en faisons face presque tous les jours. Et gare à toi si jamais tu mets les pieds dehors après que l’équipe marocaine de football ait subit une défaite face à une équipe « africaine » dans une compétition internationale. Tu feras alors face à une pluie de jet des pierres lancées par des enfants devant les yeux ouverts des grands.

Je me demande comment est-il possible de voir de telles attitudes dans un pays qui se dit musulman. Notre religion ne nous enseigne pas l’intolérance, encore moins l’injuste. Elle nous enseigne plutôt le pardon, l’indulgence, la pondération dans le jugement. Le racisme n'a pas sa place en islam. Le Coran parle d'égalité entre les hommes en ces termes:

« Ô hommes! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand Connaisseur." (Coran, 49:13)

Le racisme, l’injustice, tout cela est endurable, tant que nous restons en vie. Nous pouvons comprendre tout cela comme des épreuves de la vie, comme le prix de notre présence dans ce Royaume, ou tout simplement comme des grains d’une histoire que nous aurons un jour à raconter à nos enfants et à nos petits enfants…
Mais à partir du moment où l’on piétine nos droits les plus fondamentaux ; à partir du moment où l’on mets en péril notre existence, on se doit de nous lever, de protester et de défendre notre présence.
La solidarité devient plus qu’un devoir qu’une arme quand on dispose de peu de moyens pour faire face à l’oppression. Nous les « africains » dans ces pays maghrébins, nous avons un devoir de solidarité l’un envers les autres. Tous, à moins qu’on veuille se faire éliminer un à un, les uns après les autres.

Je suis certains qu’il y aura des gens qui vont lire cet article sans pouvoir pincez la moindre miette de mon esprit. Je le sais !
D’aucuns le feront délibérément, pendant que d’autres le feront parce qu’ils ne connaissent pas du tout les réalités qui ont produits ces idées que j’avance.

Mon intention n’est aucunement de demander aux étrangers noirs de ce pays de se révolter, encore moins de se venger. Je leurs demande simplement de faire preuve de solidarité, en toute honnêteté, les uns envers les autres à l’égard de toute sorte d’oppression qui trouverais son fondement dans l’injustice et le racisme.

Nous les africains, notre malheur aura toujours été le manque de solidarité. Il n’y a point de vie en communauté sans solidarité. Nous sommes plus emportés par des choses qui ne nous regardent pas, alors que nos propres problèmes que nous avons sous les pieds restent sans solutions.

Quand Michel Jackson est décédé, il y en a qui ont pleuré sa mort alors qu’ils ne savaient même pas à quel âge il est décédé.
Quand Paul Walker est mort d’un accident de voiture, nous (les africains) lui avons rendu hommage partout ; sur les réseaux sociaux nombreux sont parmi nous ceux qui ont changé leurs photos de profil, en mettant bien sûre celle de Mr Walker.
Qui d’entre nous avait déjà vu au moins une fois Paul Walker ?
Qui d’entre nous avait déjà eu à prendre une tasse de thé avec Michel Jackson ? Qui ?

Mais pendant ce temps nous sommes incapables de changer nos photos de profil quand un de nos frères se fait assassiner sous nos pieds. Pendant ce temps nous n’avons pas des yeux pour pleurer quand un de nous est victime de lynchage.
Voyez-vous combien nous sommes solidaires entre nous ? Bien !

A cela s’ajoute le laxisme de nos représentants diplomatiques dans ces pays. Face à tout ce dont nous sommes exposés dans ces pays maghrébins, je ne peux m’empêcher de me questionner sur le rôle et l’utilité de nos ambassades qui restent comme paralysées, inertes, sans moufter au vu de tout ce que nous vivons jour et nuit.

« L’union fait la force », dit un vieil adage. Cependant il n’y a pas d’union sans solidarité. C’est peut-être « lui » qui est victime aujourd’hui ; mais demain ça pourra être « toi », ou « moi ». Qui sait ?
Protestons tant que c’est encore possible, car ce sera impossible de moufter quand viendra notre tour…

Soyons solidaires dans la justice, dans l’honnêteté et dans le respect !

Si personne ne fait rien,
Coupables, nous serons de ces victimes…
Voulez-vous vraiment que tout s’arrête ?
Car si ça continu,
Notre tour viendra peu
t-être !

Ballan DIAKITE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article